Politique immobilière : Macron vs. Le Pen

Emmanuel Macron / Marine Le Pen : des préoccupations différentes en matière immobilière

Emmanuel Macron / Marine Le Pen : des préoccupations différentes en matière immobilière

Taxer la fortune immobilière, réserver les HLM aux Français de nationalité… Chacun des deux rescapés à la course à l’Elysée avance avec ses propositions immobilières.

Qui, d’Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen, aura le droit d’occuper l’Elysée pour les cinq années à venir ? Dans moins de deux semaines, nous serons fixés. Et ainsi, nous saurons plus précisément à quelle  « sauce immobilière » nous serons mangés. Car tous les candidats ont forcément une pensée pour notre secteur d’activité dans leurs programmes respectifs. Et selon le nom de l’heureux (se) élu (e), la potion sera plus ou moins amère à avaler. Même si, reconnaissons-le, l’immobilier n’occupe que quelques toutes petites lignes dans leurs profession de foi.

 

Macron vise les propriétaires

Le programme du candidat d’En Marche ! se distingue principalement par deux mesures très symboliques. Il veut tout d’abord transformer l’ISF en impôt sur la « fortune immobilière ». Sans toucher au seuil de déclenchement de 1,3 million d’euros, ni à l’abattement de 30 % pour la résidence principale. Ce qui veut dire qu’un ménage propriétaire d’un bien immobilier estimé à 1,3 million d’euros après abattement se verra taxer, même s’il dispose par ailleurs de faibles revenus. Alors qu’un autre qui aurait investi sa fortune dans des placements financiers plutôt que dans l’immobilier échapperait à l’impôt sur la fortune.

Autre axe très symbolique, la suppression annoncée de la taxe d’habitation pour les ménages modestes et moyens, soit environ 80 % des contribuables. Comme les collectivités locales, bénéficiaires de cette taxe, seraient indemnisées « au centime près » de ce manque à gagner, on peut penser que les 20 % de propriétaires et de locataires restants pourraient voir leur taxe singulièrement augmenter.

Reste en suspens l’idée de l’entourage d’Emmanuel Macron, remontée à la surface à plusieurs reprises pendant la campagne électorale et consistant à vouloir instaurer une taxes sur les propriétaires ayant fini de rembourser leurs crédits immobiliers. Plusieurs médias ont, à plusieurs reprises, démenti cette rumeur, qui a pourtant la vie dure. Nul ne sait aujourd’hui si elle est définitivement enterrée.

 

Le Pen et le « logement national »

Les références à l’immobilier sont beaucoup plus succinctes dans le programme de Marine Le Pen. Elle semble en tout cas manifester une volonté moins interventionniste dans ce domaine que l’ancien ministre de François Hollande. Elle préconise néanmoins de simplifier certaines règles en matière d’urbanisme, de lancer un grand plan de soutien à la construction et à la réhabilitation des logements, en insistant particulièrement sur la nécessité d’augmenter le parc des logements destinés aux étudiants. La « candidate du peuple « – c’est du moins ainsi qu’elle se présente – prévoit également de réduire le montant de la taxe d’habitation pour les ménages les plus modestes, ainsi que de réduire de 10 % les droits de mutation dans les transmissions de patrimoine immobilier.

Mais, sans surprise, c’est dans le domaine du logement social que Marine Le Pen brandit haut et fort le marqueur identitaire de son parti. Elle dégaine la « préference nationale » pour l’attribution des logements HLM, mais pas de manière rétroactive, ce qui serait, de toute façon, contraire à la loi. La candidate souhaite également favoriser le rachat des logements sociaux par leurs locataires occupants, pour parvenir à 1 % du parc HLM vendu chaque année, soit entre 45.000 et 50.000 logements.

 

On voit donc que chacun des candidats souhaite mettre en place des philosophies bien différentes dans le secteur de l’immobilier. Pour cela, il faudra aussi, ne l’oublions pas, qu’ils bénéficient, l’un comme l’autre, d’une majorité parlementaire prête à faire passer leurs projets.

www.immobilier-medoc.com

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>